Aspères

Une multitude de petits hameaux apporte un charme particulier à ce village, situé au pied de l’un des premiers contreforts des Cévennes. La culture de la vigne marque fortement le paysage. C’est l’héritage des moines défricheurs et bâtisseurs dont nous retrouvons dans l’ancien cimetière les vestiges du monastère. Il est mentionné vers 815 et dépendait de la puissante Abbaye Bénédictine de Psalmody (près d’Aigues-Mortes). A la demande  de Saint Louis, les bénédictins acceptent d’échanger leur territoire d’Aigues-Mortes en contrepartie d’une importante somme d’argent et de vastes terres dans la région de Sommières. L’église du village du 19ème possède une étonnante rotonde de dix mètres. A noter : le chemin du bois de Paris, une randonnée particulièrement agréable.

[ + ]

Aujargues

Le village est adossé aux pentes des collines. Côté sud, il est dominé par le château (dont le ravissant pigeonnier, bâti sur arcades, est classé). Sous le château, se situe une glaciaire d’époque Louis XIV. L’église St Martin est un remarquable édifice de la fin du XVIIe siècle. L’ancien pont de la Cure permettait au curé d’aller du presbytère à son jardin. Il ne faut pas manquer aussi la rascasse, lieu enchanteur et paisible situé dans le lit du ruisseau de la Font Gaillarde.  C’est un aménagement hydraulique, une retenue d’eau qui pouvait être utilisée comme fontaine-abreuvoir ou comme lavoir. En visitant le village, on peut voir d’anciennes photos en noir et blanc, disposées de part et d’autres des ruelles, qui rappellent le patrimoine authentique à conserver.

[ + ]

Calvisson

Du haut de son promontoire le Roc de Gachone offre un beau panorama sur la Vaunage. Ici se dressent les vestiges de 3 moulins à vent et le souvenir du château de Guilhem de Nogaret (belvédère offrant un point de vue sur la plaine jusqu’à la mer). Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la Vaunage fut le théâtre d’âpres combats entre catholiques et protestants. Les édifices religieux  sont les témoins de cette époque: le temple à l’architecture inspirée de l’Antiquité et l’imposante église Saint Saturnin avec son portail de style ogival et son élégante porte de style néoclassique. A ne pas manquer le marché du dimanche matin. A visiter la Maison du Boutis (tissu traditionnel provençal) la-maison-du-boutis.fr et VINOPANORAMA.

[ + ]

Cannes et Clairan

Lovés dans un écrin de verdure et de vigne, le village et son hameau se situent dans la vallée de la Courme.  Cannes et Clairan, deux communes avant 1789 ont été réunies en une seule sur ordre du Roi Louis XVI. Au hasard des ruelles empruntées, on découvre le temple et la mairie, construits l’un a côté de l’autre,  à l’architecture similaire où figure la devise républicaine. A Clairan on trouve les ruines d’un prieuré de Saint Saturnin du XIIème. Proche du parc national des Cévennes, entre vignes et garrigue, les randonneurs trouvent leur bonheur avec les nombreux départs de randonnée dont le GR 63 qui part d’Avignon pour rejoindre les Cévennes. Chaque printemps une randonnée « Entre Vin et Miel » est organisée et permet à de nombreux participants déguster les produits du terroir.

[ + ]

Combas

Ce village adossé au massif des Lens, une réserve écologique, a bénéficié de la présence de sources et de ruisseaux qui ont permis une intense activité humaine dès la fin de la préhistoire. Ces premiers hommes ont contribué à la formation de cet environnement naturel, la garrigue. Il n’est pas rare de découvrir au détour du chemin une cabane en pierres sèches appelée Capitelle. Une promenade dans les ruelles paisibles s’impose à la recherche des traces du passé. Combas possède une étonnante place de village, une étonnante colonne républicaine côtoie une fontaine de style baroque.  Dans le collines (en face du village), on suit un sentier d’interprétation : Les Merveilles de la Garrigue. On y découvre une nature riche et surprenante. Une magnifique balade à faire en famille!

[ + ]

Congénies

Au cœur de la Vaunage ce petit village a su garder le souvenir de la coexistence de trois confessions religieuses au XVIIIe siècle, dont une communauté Quaker : Congénies a été, au XVIIIe siècle, le berceau d’un groupe de libre-penseur religieux qu’on appelait les inspirés. Le Quakerisme est un mouvement religieux sans clergé ni rite, ni sacrements, fondé sur l’expérience directe de la lumière intérieure que chacun porte en soi. Ils ont fondé la première Assemblée quaker de France à Congénies. Une magnifique balade familiale « Garrigue gourmande » démarre au coeur du village et amène dans une garrigue colorée et parfumée. En chemin on rencontre le mazet original de M. Lebrun, qui a patiemment sculpté et mis en scène des pierres évoquant un surréaliste bestiaire pétrifé.

[ + ]

Crespian

On raconte que l’origine du  nom Crespian pourrait venir du nom romain Crispus (notable romain qui aurait acheté ces terrains pour y installer une villa). C’est probablement à la période gallo-romaine et romaine que le village a commencé à se structurer. D’abord situé sur les collines, Crespian s’est déplacé au 18ème pour s’établir le long de la nouvelle route qui venait de se construire (Sommières à Alès). Le vieux hameau possède une petite église romane. Vous aimez les balades, la marche ou le VTT, vous êtes passionnés de botanique, d’ornithologie ? N’hésitez pas à venir découvrir le Bois des Lens ! Immense espace écologique où la faune et la flore cohabitent encore naturellement.

[ + ]

Fontanès

A l’ombre de Chênes verts et des premières ondulations des Cévennes, non loin du Vidourle, apparaît l’antique chapelle de Notre-Dame de Prime Combe, lieu de pèlerinage renommé depuis le Moyen Age.  On raconte qu’un pâtre de Fontanès, cherchant son bœuf égaré, a découvert une petite statue de la Sainte Vierge. Portée dans l’église, celle-ci se retrouvait le lendemain au même endroit sur la colline. Ce qui frappe le plus  en arrivant sur le lieu, c’est le silence. Pas de bruit, sinon celui des oiseaux, du vent ou des pas d’un promeneur. Le bourg est groupé autour du château et de l’église Saint-Martin de style « romano-gothique », construite au XIXème siècle et dont le clocher est  surmonté d’une flèche en ardoise.

[ + ]

Junas

Junas est célèbre pour ses carrières anciennes. Patiemment, depuis l’époque médiévale, les carriers ont creusé la pierre. A cause des failles dans la roche, les carriers ont abandonné des «laisses» qui ressemblent à des cierges au cœur de la carrière. Elles offrent un écrin somptueux aux divers spectacles comme le Festival de Jazz. Le village, d’origine médiévale, se cache derrière d’anciens remparts tandis que dans la partie plus récente où se dresse fièrement le temple, le visiteur pourra découvrir çà et là les créations des apprentis tailleurs de pierre. Ces travaux sont réalisés lors des fameuses Rencontres de la Pierre (en juillet). A voir : le kiosque. A faire : le sentier d’interprétation « Pierre vivante ».

[ + ]

Lecques

Ce ravissant village est juché sur un piton rocheux dominant le fleuve Vidourle. Le village a gardé son aspect médiéval, ruelles, maisons serrées les unes contre les autres, château et remparts. Depuis le centre du village, par un escalier pittoresque, vous pouvez rejoindre les rives rafraîchissantes du cours d’eau. Il fut construit à l’occasion de l’aménagement de la voie ferrée Nîmes/ Le Vigan pour faciliter l’accès du village aux cheminots. Depuis 1870 le pont enjambe la rivière, ses berges ombragées sont le paradis des pêcheurs. Auparavant il fallait emprunter le bac du meunier pour traverser le fleuve. Le Plus : la plage.

[ + ]

Montmirat

Montez à la conquête des merveilles du bois des Lens,  les ruines de Notre-Dame de Jouffe qui dominent le village et la vallée de la Courme. Sur ce site s’élevait un oppidum avant d’accueillir une population gallo-romaine. L’église est le plus ancien sanctuaire dédié à la Vierge dans le Gard. Le nom latin de Jupiter  JOVIS est sans doute à l’origine de Jouffe.   En été,  participez à la découverte des produits locaux lors du Marché du Terroir le 2° jeudi du mois d’août. Vous aurez la possibilité dans une ambiance de fête campagnarde de déguster et de composer vous-même un véritable repas avec des produits locaux. A voir : la chapelle de Jouffe.

[ + ]

Montpezat

La particularité de ce beau village est d’être construit en circulade, un urbanisation particulière, médiévale de défense. Depuis le moyen âge perché sur un piton rocheux  Montpezat a une position stratégique sur la route des Cévennes. Son noyau médiéval est constitué d’un château féodal et de ruelles tortueuses dont une belle “calade” (ruelle pavée). Les anciens remparts sont encore visibles ainsi qu’une des portes d’accès au village fortifié. L’environnement naturel exceptionnel de Montpezat, fait de bois et garrigue, atteste d’une présence humaine depuis l’antiquité.  On retrouve les vestiges d’un artisanat de potiers.

[ + ]

Parignargues

Parignargues est connu avant tout pour sa crèche animée qui attire de nombreux visiteurs pour les fêtes de fin d’année. L’église romane fortifiée construite à partir du IXᵉ siècle regroupe autour d’elle les différents quartiers ancien.

Village desservi au Moyen Age par les chemins du sel qui remontaient de la mer vers la Gardonnenque (vallée du Gardon), son développement s’est également concrétisé vers le milieu du 19e siècle à travers la reconstruction du temple (détruit en 1663) et celle de l’élégante tour de l’Horloge, édifice qui date de 1848.

A faire : Un circuit dans les collines (près du lieu-dit la Baraque de Saint-Peyre) permet de découvrir le moulin restauré de Parignargues.
La crèche animée dans l’église de mi décembre à début janvier.

[ + ]

Saint Clément

Le village est situé au pied du Bois de Paris qui doit son nom à une ancienne enceinte gauloise dont il subsiste quelques vestiges dans les bois. A vocation agricole, Saint Clément s’est construit autour d’un petit château. De nombreuses dépendances attestent de la diversité des productions (moulin à grain, moulin à huile, bergerie, etc.). Le village est situé sur une draille (chemin utilisé pour la transhumance des troupeaux et le transport du sel) qui relie les Cévennes à la mer. Cette position lui valut la construction d’un pont à l’époque médiévale. A proximité du village se trouve le chemin de randonnée du Bois de Paris, une promenade accessible et facile dans un cadre arboré où prédomine la culture de la vigne.

[ + ]

Salinelles

Avant d’arriver au village, dans la plaine, se dresse la Chapelle de Saint Julien de Montredon et ses deux nefs accolées, exemples parfaits de l’art roman des 11e et 12e siècles. Restaurée dans les années 70,  la chapelle accueille l’été, des expositions et des concerts prestigieux dans le cadre du Festival de Villevieille-Salinelles. Dans la plaine riveraine du Vidourle, un lavoir à ciel ouvert rappelle le temps des lavandières. Dans le village, un joli château de style renaissance héberge un restaurant et à la sortie du village sur la droite se trouve le temple de style colonial espagnol, il est logé dans un calme écrin de verdure propice à la méditation. A savoir : la Terre de Sommières a été extraite à Salinelles.

[ + ]

Sommières

Le fleuve Vidourle, véritable personnage au caractère réputé vif est à l’origine de l’implantation de la ville à l’époque antique. Le pont romain du Ie siècle était primitivement surveillé par un oppidum gaulois. Le château, construit par les seigneurs de Sauve et d’Anduze, est mentionné à partir de 1041.  La première industrie fut celle des cuirs, les ateliers s’établissent dans le lit du Vidourle. En raison des crues rapides du fleuve, les maisons furent toutes construites sur arcades. Au XIIIe siècle, rattaché au domaine royal par Louis IX, Sommières se dote d’un rempart dont on retrouve des traces.

Lire la suite

Le pont fortifié, absorbé en partie par le tissu urbain, est l’emblème de la ville. A partir du Moyen Age, les foires et marchés, instaurés au XIIIe siècle, contribuent à son essor économique. Au XVIe siècle, la ville souffre des troubles liés aux guerres de religion, elle reste cependant difficilement prenable puisqu’elle est extrêmement bien protégée, entre le fleuve et la colline sur laquelle est érigé le château fort. A partir de 1882, grâce au chemin de fer, Sommières se trouve au centre d’une étoile ferroviaire entre Nîmes, Montpellier, Alès, Le Vigan ce qui contribue au développement économique.

[ + ]

Souvignargues

A l’entrée du village on peut rejoindre à pied la ruine romantique de la chapelle Saint-André. Datant du XIIe siècle, elle se dresse au milieu des vignes et possède les vestiges d’un magnifique décor sculpté. Elle fut abandonnée au profit d’une église construite à l’intérieur des fortifications en raison des troubles dus aux guerres de religion  au 16e siècle. Au centre du village, une magnifique circulade s’offre à la découverte. C’est un ingénieux système d’urbanisation en rond qui répond à une logique de défense. Il permettait de protéger le noyau central, constitué du château et de l’église paroissiale Saint-André. Le reste du village est traversé par de nombreuses calades et traverses, illustrant l’architecture médiévale.

Départ de chemin de randonnées, notamment les puechs de Saint-Etienne-d’Escattes.

[ + ]

Villevieille

Le village domine la plaine du Vidourle et jouit d’une vue magnifique sur les Cévennes,  son château se compose de trois corps de bâtiment, transformé au cours des âges.  Il possède une délicate façade renaissance qui côtoie des éléments plus anciens d’architecture médiévale.  A l’intérieur on découvre une salle tapissée de cuir de Cordoue ainsi qu’un salon aux murs ornés de gypseries. Sa cour d’honneur accueille chaque été des concerts classiques de grandes qualités. Villevieille possède un patrimoine archéologique remarquable. De récentes fouilles ont permis la mise à jour d’un quartier romain. La ville est également connue pour son Moulin dont l’huile d’olive a été maintes fois primée.

Ne partez pas sans avoir visité le Château de Villevieille !  chateau-de-villevieille.fr

[ + ]